Un perfect birthday

Je suis l’Aigle de la rue Lafayette !

Riders en méforme, S4 Le Birthday Episode

Ballade en skate dans le Paris du corona, J-2 avant le Grand Déconfinement. Paname est vide de gens, mais pas de sens.

J’avais, comme la majorité de l’humanité, passé deux mois murer dans ma panic room au sein de la R.P.L.F. dont les bases ont démontré une solidité sans faille, de celle dont on tire les manuels d’éducation à l’usage des jeunes gens. Nous avions franchi l’épreuve de la Communauté de la Châtellerie face au virus avec un succès qui me ravissait. Ceci et la date anniversaire de ma venue parmi les hommes méritaient une juste récompense.

Accompagné de l’immense Gilles — dont je vous rappelle encore une fois tout le talent et surtout de ne pas manquer ses chroniques drolatiquement illustrées du confinement et je ne vous le répéterai pas ! — perché sur mon petit vélo qui se plie, j’ai donc pris quelques libertés avec le périmètre qui nous était attribué par la préfecture de Paris, que je salue bien respectueusement au passage bien sur.

Les fans des Riders en méforme auront noté dans cette vidéo l’absence de mon compadre de toujours, le MoZ qui avait décidé ce jour là de ne pas se réveiller à temps pour braver les condés et déclarer le début de la Révolution Molle à laquelle tous les skateurs centristes de plus de cinquante piges aspirent dans leur intérieur qui n’est pas si fort que ça ! (j’ai honte mais honte !!!)

* La République Populaire Laxisto Fasciste autrefois connu sous le nom de La Châtellerie que j’ai instauré dès le 16 mars 2020

2 réflexions sur “Un perfect birthday”

  1. Honte sur moi, le soir d’avant du jour-dit… j’avais, parait-il, un peu abusé sur le rosé de l’apéro et enchainé un peu trop de verres… Confinement, quand tu nous rends addict (?)…
    Le résultat fut sans appel, le lendemain matin je manquais bel et bien ce que l’on peut désormais appeler « le jour de la rébellion », le jour où mes plus chers acolytes ont bravé et mis en jeu leur vie (et leur chéquier) en allant rider sans moi… J’ai depuis décidé de dire une prière chaque soir pour expier et de laisser la bouteille au loin (enfin pour un soir seulement)… Tiens, si je me préparais pour aller rejoindre mes amis ce dimanche, même s’il vente, pleut et fait orage… oh désespoir, non ? 🙂

Les commentaires sont fermés.

Vous cherchez des conseils inutiles pour aller dans la mauvaise direction ?

Recevez en cadeau l’ouvrage Dix citations inspirantes pour aller droit dans le mur.

Abonnez-vous aux Lettres d'un jeune boomer.